Accueil > Blog > De nouvelles fissures découvertes sur des réacteurs nucléaires EDF

De nouvelles fissures découvertes sur des réacteurs nucléaires EDF

Depuis de nombreux mois, plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF sont à l’arrêt pour problèmes de corrosion, de nouvelles fissures viennent d’aggraver la situation.

Première fissure découverte sur le réacteur de Penly 1

En début de semaine, EDF a découvert une fissure de taille importante sur le réacteur 1 de la centrale de Penly. Qualifiée de « non-négligeable », cette fissure remet sur le devant de la scène le phénomène de corrosion découvert en octobre 2021 sur certains réacteurs.

Une fissure de taille bien supérieure aux autres

Jusqu’à présent, la corrosion n’avait causé que des « micro-fissures » sur les systèmes de refroidissement des réacteurs. Or, cette nouvelle fissure est considérée comme « profonde » puisqu’elle mesure 23mm de profondeur pour une épaisseur de 27mm. Sa longueur est de 155mm, soit « environ le quart de la circonférence de la tuyauterie ».

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) précise que « cet évènement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, il affecte la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur ». En effet, les problèmes de corrosion détectés touchent les systèmes qui doivent intervenir en cas de danger, pour refroidir le réacteur. C’est donc la sécurité entière du site qui est mise à mal par ces complications.

2 nouvelles fissures de taille importante découvertes sur deux autres réacteurs

Après de nouveaux contrôles, deux nouvelles fissures ont été découvertes sur les réacteurs de Penly 2 et Cattenom 3.

Sur le réacteur de Penly 2, la fissure mesure 57mm de long et celle de Cattenom 3 mesure 165mm de long. Selon Julien Collet, Directeur général adjoint de l’ASN, ceci n’est « pas anodin, il s’agit d’une profondeur non négligeable ».

Une de ces nouvelles fissures ne serait toutefois pas liée à la corrosion, mais à un phénomène de « fatigue thermique ». D’après EDF, ce phénomène n’est pas inconnu et est « surveillé de longue date ». Il intervient sur les pièces en acier inoxydable lorsqu’elles sont soumises à des variations de température.

De nouveaux arrêts prolongés seraient à prévoir

En conséquence, EDF doit remettre à l’ASN une nouvelle version de la stratégie de contrôle du parc. Selon ces derniers, EDF devrait vérifier 200 soudures sur l’ensemble des sites nucléaires. Cela pourrait retarder le calendrier de reprise de certains réacteurs et entrainer des arrêts prolongés.

Vous souhaitez être tenu au courant de l’actualité du secteur de l’énergie ? N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter hebdomadaire !

Le blog Capitole Énergie

Ces autres articles peuvent vous intéresser

Découvrez tous nos autres articles de blog sur le sujet.

Retour en haut