Accueil > Blog > Faire son alternance en tant que growth hacker : l’expérience de Carla Carmona

Faire son alternance en tant que growth hacker : l’expérience de Carla Carmona

Une femme en blazer rouge souriant avec une citation sur le plaisir de tester quotidiennement divers outils d'IA dans son travail de Growth Hacker. Texte en français. Logo en bas à gauche indiquant « Capitole Énergie ».

Le traffic management et le growth hacking sont des métiers apparus il y a peu. Les missions de growth hacking et de trafic management peuvent être complémentaires. Les deux postes collaborent souvent pour optimiser les stratégies d’acquisition de trafic et de conversion des utilisateurs. Avec une digitalisation accrue, les entreprises ont le besoin de développer leur chiffre d’affaires et leur notoriété via des canaux digitaux.

Les futurs professionnels sont et seront les premiers concernés par ces nouveaux métiers. Certains d’entre eux s’y sont d’ores et déjà spécialisés. C’est notamment le cas de Carla Carmona, Growth Hacker en alternance chez Capitole Energie.

Carla, est-ce que tu t’es directement destinée vers les métiers de la communication ?

CC : « Assez rapidement, oui. À la fin du lycée, je suis partie faire une Licence en 4 ans à Barcelone en Publicité, Relation Publiques et Marketing. En fait, au moment de faire un choix sur mes études, je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup le monde de la communication, la création et le digital, c’est pour ça que j’ai choisi cette filière qui proposait un mix de ce qui m’intéressait. En revanche, au milieu de mon cursus, je me suis spécialisée en marketing stratégique. »

Comme Anna (Assistante ADV) tu es partie vivre à l’étranger ?

CC : « Oui, et c’est marrant parce que nous sommes toutes les deux parties vivre en Turquie. (cf : l’interview d’Anna Fratini sur son expérience chez Capitole Energie). Elle, c’était pour le travail, et moi quand je suis partie c’était dans le cadre d’un échange Erasmus. Malheureusement, je suis partie en plein milieu de la crise du Covid, mais les réglementations n’étaient pas les mêmes qu’en France, donc mon semestre s’est tout de même bien déroulé. »

Qu’est-ce que tu as appris de cet échange ?

CC : « D’un point de vue professionnel, j’ai trouvé ça vraiment très intéressant de voir les différences dans le domaine de la publicité et de la communication entre la Turquie et la France / Espagne. Chaque pays a ses propres normes, ses valeurs culturelles et ses sensibilités spécifiques qui influencent la manière dont les messages publicitaires et la communication sont perçus. Il est donc important d’être immergé dans la culture d’un pays pour pouvoir communiquer efficacement. Aussi, comprendre ces nuances culturelles est essentiel pour transmettre un message de manière pertinente et éviter les malentendus culturels. »

Tu parles des différences d’un point de vue professionnel, tu avais donc déjà de l’expérience dans le domaine ?

CC : « Dès ma deuxième année de Licence, j’ai pu réaliser un stage dans une agence de publicité. Ce stage a duré 3 ans jusqu’à la fin de mes études en Espagne. Finalement, c’était un peu comme le rythme d’une alternance puisque j’étais de 9h à 13h à l’agence, et de 15h à 21h en cours. En plus de mes obligations extérieures, c’était un rythme très chargé, mais j’ai beaucoup appris ! Au sein de l’agence, j’étais gestionnaire de compte et j’opérais un peu comme une cheffe de projet sur la partie digitale pour nos clients. Comme les collaborateurs n’étaient pas experts sur les nouveautés du secteur, sur le côté digital, je me suis formée seule en utilisant mes cours et les ressources disponibles sur internet. »

Après ta Licence en Espagne, tu as donc choisi de venir étudier en France  ?

CC : « C’est ça ! Après ma Licence j’ai eu l’opportunité d’être embauchée en tant que salariée dans l’agence de publicité où j’avais fait mon stage. Après un an, j’ai vraiment eu la volonté de me spécialiser pour devenir digital manager. C’est pour ça que j’ai voulu réaliser un Master, que j’ai choisi de faire en France.

Au niveau du choix de la ville ça s’est fait assez rapidement puisque déjà Toulouse n’est pas très loin de l’Espagne, et je connaissais déjà la ville parce que mon frère y avait réalisé ses études. J’avais également des ami.e.s sur place, ce qui facilitait les choses. Pour le choix de l’école, je me suis tournée vers Ynov Campus pour réaliser un Master Communication Digitale & Media Manager. »

Tu avais beaucoup d’attente pour tes cours de Master, comment ta première année s’est passée ?

CC : « C’est vrai que j’avais beaucoup d’attente, voire même peur d’être déçue, mais je suis contente des cours dispensés à Ynov Campus ! Nos intervenants sont tous des professionnels, jeunes, et qui suivent les actualités du secteur. Le marché va vite et ils nous donnent régulièrement les nouveaux outils qui peuvent nous aider dans notre vie professionnelle. J’ai aussi beaucoup aimé les « YDays », c’est un projet en équipe sur toute l’année. Dans mon équipe, nous étions une petite vingtaine et nous avons organisé des évènements sportifs pour l’aso Sport Event Tonight. C’est vraiment super parce que ça nous apprend la gestion de projet grâce à un évènement réel, donc qui a du sens. »

Lorsque tu es chez Capitole Energie, tu occupes le poste de Growth Hacker. En quoi consistent tes missions ?

CC : « Et bien en réalité j’ai à la fois un rôle de Growth Hacker et de Traffic Manager. Autour du Traffic Management, il s’agit surtout d’augmenter la visibilité et le trafic sur le site web et de penser les stratégies SEO et SEA. Concernant le Growth Hacking, mon travail consiste surtout à rechercher, tester et mettre en place des stratégies d’acquisition et de rétention client en utilisant des outils d’automatisation, des analyses de données et des campagnes marketing. Toujours dans le but de stimuler la croissance de Capitole Energie.

L’un des aspects que j’adore le plus dans mon travail, c’est la possibilité de tester quotidiennement une multitude d’outils d’IA. Cela me permet d’explorer en permanence de nouvelles solutions, d’optimiser nos processus, etc… Finalement, cela renforce aussi notre capacité à attirer et à convertir de nouveaux prospects.

Après de manière générale, j’effectue des veilles concurrentielles, pour surveiller les actions de nos concurrents, les tendances du marché et les initiatives dans des secteurs similaires au nôtre. C’est aussi intéressant parce que ça nous permet de découvrir de nouvelles stratégies, d’identifier les opportunités du marché et ensuite de nous inspirer des meilleures pratiques. »

Tu disais tout à l’heure qu’il y a toujours de nouveaux outils qui arrivent sur le marché, comment restes-tu au courant des nouveautés ?

CC : « Je me renseigne principalement en suivant des chaînes spécialisées sur ce thème sur YouTube. Mais aussi en suivant des professionnels abordant ces sujets sur LinkedIn. Ils sont beaucoup à partager chaque semaine les outils qu’ils ont testé. Mais c’est également grâce à des échanges avec des professionnels que j’apprends sans cesse de nouvelles choses. Par exemple, récemment j’ai eu un échange de networking avec Kaio Araujo, un professionnel qui m’a montré beaucoup de nouveaux outils et qui m’a donné quelques tips pour des automatisations. C’est la même chose avec nos professeurs, comme je le disais tout à l’heure. »

En parlant d’outils justement, quelles sont tes opinions sur le développement de l’IA, avec ChatGPT par exemple ?

CC : « Mon opinion est très positive, j’utilise l’IA tous les jours ! Je trouve le développement de l’IA extrêmement prometteur. Il me permet de gagner pas mal de temps, comme par exemple, pour corriger des codes HTML, interpréter des données, automatiser des tâches, la rédaction, imaginer des stratégies, etc. En plus, il y a pleins d’extensions dédiées qui permettent d’automatiser pleins de choses, c’est vraiment très utile.

Je pense qu’il y a une certaine peur envers l’IA. Mais, selon moi, c’est comme toutes les dernières évolutions technologiques des dernières décennies. L’IA est une évolution inévitable à laquelle il est essentiel de s’adapter. En plus, il est important de souligner que l’IA ne remplace pas les professionnels, mais plutôt les assiste dans leurs tâches quotidiennes. J’ai d’ailleurs lu une phrase il n’y a pas longtemps que j’ai bien aimé : « ce n’est pas l’IA qui va te remplacer, c’est le professionnel qui saura comment l’utiliser. » C’est-à-dire que malgré les capacités impressionnantes de l’IA, elle ne peut pas remplacer complètement les compétences et l’intelligence humaine. Plutôt que de voir l’IA comme une menace pour nos emplois, nous devrions la considérer comme un moyen de renforcer nos compétences et d’améliorer notre productivité. »

Est-ce que tu aurais quelques tips et astuces pour les personnes qui sont intéressées par ton métier de growth hacker ?

CC : « Alors, c’est vrai que j’ai une bibliothèque d’outils bien complète [rires]. Par exemple, pour faire des automatisations entre différents sites et outils, j’utilise Make ou Zapier. Après, de manière générale pour tout ce qui est audit web, SEO, SEA et analyse de la concurrence, j’ai toujours travaillé avec SEMrush. Je trouve que c’est un outil très complet. Un de mes outils préférés au quotidien reste Notion, je l’utilise pour tout : la gestion de projet, les comptes rendus de réunion, pour le suivi des KPI, pour ma liste d’outils d’IA à tester, etc. Après, le français n’est pas ma première langue, donc j’ai installé l’extension LanguageTool sur Chrome qui corrige tous les textes que je peux écrire via n’importe quelle application sur Internet.

D’autre part, un conseil que je peux donner pour rester informé sur les nouveaux outils et stratégies de test est de suivre les bonnes personnes sur LinkedIn, par exemple pour des astuces Notion, je recommande de suivre Ruiyi (Jason) Chin, (« The Notion Guy »). Pour des stratégies SEO et nouveautés de l’algorithme de Google, Neil Patel (créateur Neil Patel Digital), Connor Gillivam (grossir avec le SEO), et Liam Fallen (pour le SEO technique) sont de très bonnes références.

Enfin, pour CHATGPT et les outils IA, j’ai également quelques noms. Par exemple Brice Trophardy (Copy Prompter) pour ChatGPT, Pete Huang (qui propose une newsletter très intéressante sur l’IA), Generative AI (pour toutes les nouveautés sur l’IA), Stephane Peeters (pour l’intégration de l’IA dans le processus de travail). »

Pour revenir sur ton expérience chez Capitole Energie, on sait que la recherche d’une alternance n’est pas toujours facile, comment s’est déroulé ton processus de recrutement ?

CC : « Ça s’est franchement très bien passé ! J’ai rencontré Aline (Responsable Développement des Ressources Humaines) et Mylène (Directrice Commerciale et Marketing) lors d’un job dating à Ynov Campus quelques mois avant la rentrée. Elles étaient super dynamiques et souriantes, et même si le secteur de l’énergie paraissait un peu compliqué, le poste m’a tout de suite intéressée. Finalement, j’ai retrouvé la bonne humeur de Mylène et Aline au sein de l’entreprise puisque tout le monde est très sympa ce qui permet de s’intégrer rapidement. L’équipe marketing est soudée, et les afterworks permettent de connaitre tous les collaborateurs dans un cadre différent. »

Pour finir, selon toi quelles sont les qualités nécessaires pour réaliser ton métier et pour travailler chez Capitole Energie ?

CC : « Pour faire du Growth Hacking, je pense qu’il faut être patient, parce que les résultats ne sont pas toujours visibles aussitôt. Mais je dirais surtout qu’il faut être curieux. Comme je le disais tout à l’heure, le marché évolue très vite et il faut pouvoir suivre les tendances, les nouveaux outils, etc. La curiosité est indispensable. Il faut toujours tester et tester. Je trouve que c’est aussi important d’aimer les données et d’aimer en faire des analyses. Et pour travailler chez Capitole Energie, je pense qu’il faut être dynamique et motivé à accompagner le développement de l’entreprise. Quand tu rejoins Capitole Energie, tu grandis avec l’entreprise en tant que professionnel. »

Toi aussi tu veux rejoindre l’aventure Capitole Energie ? Découvre toutes nos offres d’emplois sur notre espace carrières :

Envie de découvrir les autres talents de l’équipe ? 💪 Ces interviews pourraient t’intéresser :

Le blog Capitole Énergie

Ces autres articles peuvent vous intéresser

Découvrez tous nos autres articles de blog sur le sujet.

Retour en haut